Catégorie : Terrarium


         La lumière est évidemment un facteur important pour tous les végétaux, car indispensable au déroulement de la photosynthèse. La lumière naturelle est bien sûr la meilleure mais il n'est pas toujours possible (notamment l'hiver) d'en fournir assez pour toutes vos plantes, et ce pour des raisons diverses : pas assez de place près des fenêtres, mauvaise exposition de celles-ci, un vis-à-vis qui diminue fortement la lumière pénétrant votre pièce … Aujourd'hui heureusement de nombreuses boutiques spécialisées permettent de limiter ces problèmes (et pour des prix en baisse constante depuis quelques années). Mais comment s'y retrouver dans cette jungle horticole ? Cet article très complet va tenter de répondre aux principales interrogations concernant l'éclairage horticole.
 

          Suite aux questions de plus en plus nombreuses concernant mes terrariums, je vous ai concocté un article "pas à pas" très complet vous montrant comment j'ai réalisé la plupart d'entre eux. Cet article complètera celui où je présente mon grand terrarium avec toutes les conditions nécessaires à la réussite de vos cultures.

Note : comme précisé à la fin de l'article concernant mon grand terrarium, cette technique peut servir de base même pour les terrariums/paludariums destinés à abriter des animaux. En effet cette note vous explique pourquoi l'élevage d'animaux et la culture des plantes épiphytes sont une bonne combinaison dans une structure de type terrarium ou paludarium.

Voir article complet »

          Afin de compléter un peu mon article sur mon grand terrarium, je vous présente aujourd'hui la zone de celui-ci dédiée au maintien d'espèces rares, fragiles ou en convalescence. Je m'en sers aussi de nurserie pour les semis, même si certaines zones de mon cadre géant, très humides, semblent faire également l'affaire. Cette zone occupe seulement un quart du terrarium, mais tout est réuni pour que la croissance de mes petites soit maximale. Elle est située juste au dessus de la cascade et à côté d'une sortie du brumisateur. Mes plantes profitent donc à la fois d'une hygrométrie et d'une aération irréprochable. Pour compléter cela, des systèmes d'accroches permettent de suspendre les plantes à quelques centimètre seulement des néons, pour celles qui ont vraiment besoin d'une cure intense de lumière. Le tout étant en plus facilement modulable en termes d'intervalle ou de durée de brumisation et/ou d'éclairage. Cette zone est très efficace et j'ai vu bon nombre de plantes/plantules parfois moribondes ressusciter en quelques semaines seulement. Voici la photo :

 

Bonne culture, à bientôt 🙂

Retour à l'accueil

          Suite à de nombreuses demandes, je vais vous faire découvrir, au fil d'articles, les différentes parties de mes collections. Pour commencer, l'un des mes terrariums (le plus grand) qui est le plus riche en espèces et qui me sert pour la culture de la plupart de mes Phalaenopsis botaniques et pour une partie de mes Tillandsia les plus fragiles ou rares. Vous trouverez ici quelques données principales pour vous en faire une idée. En ce qui concerne sa réalisation, je vous invite à consulter ce tutoriel qui vous montrera, pas à pas, comment j'ai procédé.

 

 

Note : pour les besoins de la photo, j'ai enlevé les vitres et déplacé quelques Tillandsia devant pour qu'on puisse voir un peu plus le fond.

Voici quelques données techniques :

  • Dimension : 100 x 50 x 55.
  • Lumière : 3 néons horticoles/d'aquarium dont deux tubes T5 39 W (4 000 K et 6 500 K) et un T8 30 W (4 000 K) avec réflecteurs + 2 néons horticoles 36 W (4 000 K) avec réflecteurs situés à côté du terrarium pour mes Stapelia, Hoya, Huernia et mes Astrophytum (et oui, je ne cultive pas que des Phalaenopsis et des Tillandsia !) mais qui éclairent quand même à l'intérieur du terrarium (un des réflecteurs a été orienté pour cela), surtout près des vitres. Ces tubes sont allumés entre 12 et 14 heures par jour suivant la saison. Si vous voulez en savoir plus sur les systèmes d'éclairages horticoles, je vous invite vivement à lire cet article qui devrait beaucoup vous intéresser.
  • Humidité : une cascade et un brumisateur ultrasonique (membrane céramique) reliés à un programmateur. En plus, je suis un maniaque du vapo 🙂 . Ce terrarium est conçu pour être "immergé" sur quelques centimètres sous les pots (sans que l'eau ne les touche bien sûr) afin de maintenir une humidité plus stable, l'hiver notamment. Il m'est possible de tout "allumer" quand il fait trop chaud ou trop sec et de plonger le terrarium dans une brume dense et épaisse, qui rafraîchit rapidement le tout et augmente l'hygrométrie jusqu'à 100% si besoin (ce qui plaît beaucoup à mes Tillandsia). Voilà ce que ça donne quand tout est à fond :

 

 

 

  • Aération : le terrarium étant à l'origine conçu pour des reptiles, il dispose de 2 grilles (une devant en bas, l'autre au fond en haut) de la longueur du terrarium. De plus, un ventilateur (celui de mon fogger) permet un circuit d'air plus "horizontal".
  • Température : traceur industriel autorégulant sous le substrat. Il ne fonctionne quasiment jamais car il fait chaud dans mon appartement, mais on ne sait jamais 😉 .

 

          Concernant les espèces à l'intérieur de ce terrarium, je ne vais pas toutes les lister mais voici quelques chiffres pour vous donner une idée :

  • 23 espèces de Tillandsia (généralement les espèces très rares, fragiles et/ou petites ainsi que celles ayant besoin d'une petite cure tropicale ^^).
  • 27 espèces de Phalaenopsis botaniques + 1 hybride + 1 Dtps " Purple Martin 'KS' ".
  • 1 dendrobium victoria reginae.
  • 1 renanthera monachica.
  • Quelques petites mousses et fougères (apparues spontanément) dans les parties les plus sombres du terrarium. Elles colonisent des zones trop sombres pour mes belles, donc je les laisse tranquille.

 

          Parmi toutes ces plantes, seule une petite quinzaine sont en contact avec le sol, c'est dire si je me suis amusé à en mettre partout sur les parois verticales (et même sur la vitre du dessus) ! Cette densité très (trop) importante donne un aspect vraiment luxuriant à l'installation mais je ne le conseille qu'aux personnes expérimentées. En effet l'entretien est vraiment difficile, à cause de toutes les plantes présentes. Il est nécessaire de tout sortir régulièrement (je le fais à chaque arrosage soit tous les 8 à 10 jours) afin de tout vérifier : état sanitaire des plantes, nettoyage de la pompe, des vitres… En effet la moindre attaque de parasites pourrait contaminer les 3/4 de ma collection en quelques semaines puisque toutes les plantes se touchent, il me faut donc être très prudent. A noter que chaque plante est disposée de manière précise, tant au niveau de l'endroit où je mets le pot que par son orientation (à cause des feuilles) dans le terrarium, sans quoi il m'est impossible de tout rentrer (ou de fermer les vitres). Opération délicate donc, qui me prend quelques heures à chaque fois, surtout quand il y a des hampes de partout et qu'elles sont grandes (par exemple celle de mon P. sanderiana qui approche le mètre, suivez ce lien pour voir l'article).

 

          Cela dit, la densité de plantes offre également un avantage, comme l'hygrométrie qui reste assez élevée même sans vaporisation ou mise en route manuelle du brumisateur. De plus, et pour une raison qui m'échappe encore, les plantes ont l'air de se plaire ainsi. En effet chaque tentative de déplacement d'un Phalaenopsis vers un autre terrarium (dont les paramètres de culture sont quasiment identiques) s'est soldée par un relatif échec. A croire qu'elles aiment pousser dans ces conditions de densité (ou peut-être s'y sont-elles simplement adaptées).

          Seuls les Tillandsia s'accommodent d'à peu près tous les types de mes terrariums même si encore une fois c'est dans celui-ci qu'ils poussent le mieux. D'ailleurs, j'ai retiré il y a peu de temps quelques plantes (les grands Phalaenopsis qui sont maintenant en bas de mon cadre géant) pour pouvoir y mettre plus de Tillandsia. Voici un petit zoom sur la partie dédiée aux Tillandsia fragiles, rares ou en convalescence :

 

 

         Je me sers aussi de cette zone comme d'une nurserie pour les semis, même si certaines zones de mon cadre géant, très humides, semblent faire également l'affaire. Cette zone occupe seulement un quart du terrarium, mais tout est réuni pour que la croissance de mes petites soit maximale. Elle est située juste au dessus de la cascade et à côté d'une sortie du brumisateur. Mes plantes profitent donc à la fois d'une hygrométrie et d'une aération irréprochable. Pour compléter cela, des systèmes d'accroches permettent de suspendre les plantes à quelques centimètre seulement des néons, pour celles qui ont vraiment besoin d'une cure intense de lumière. Le tout étant en plus facilement modulable en termes d'intervalle ou de durée de brumisation et/ou d'éclairage. Cette zone est très efficace et j'ai vu bon nombre de plantes/plantules parfois moribondes ressusciter en quelques semaines seulement.  

 

Note aux détenteurs de terrariums/paludariums avec des animaux
 
         Bien que n'ayant pas eu énormément de reptiles/amphibiens chez moi, je sais combien il est parfois délicat avec certaines espèces animales d'incorporer dans vos installations des végétaux, et ce pour diverses raisons :
 
  1. Problème de toxicité.
  2. Il est parfois difficile de les maintenir.
  3. Vos animaux les détruisent.
  4. Vos terrariums deviennent plus difficiles à nettoyer car trop chargés.
  5. Rejet de CO2 la nuit, ce qui peut être nuisible si vous chargez votre terrarium avec beaucoup de plantes.
  6. Et surtout les problèmes sanitaires récurrents qui découlent de l'ajout de terre/terreau ou autres substrats organiques humides dans vos terrariums. En effet cela peut poser des problèmes de parasites, d'eau stagnante…

 

           Pour ceux qui me connaissent, vous savez que ma spécialité n'est pas les reptiles, mais les plantes épiphytes et surtout les Tillandsia et les Phalaenopsis. Mais quel est le rapport entre vos terrariums habités et les plantes épiphytes ? Et bien tout simplement les plantes épiphytes poussent sur d'autres plantes dans la nature, et non dans la terre. Il est donc tout à fait possible de végétaliser un terrarium avec ces plantes sans y rajouter de terre. Reprenons les problèmes cités précédemment avec les plantes classiques et voyons ce que cela donne avec des épiphytes (cela est surtout vrai pour les Tillandsia) :

 
  1. Les Tillandsia et les Phalaenopsis ne sont pas toxiques (ça, c'est fait).
  2. Il existe des centaines d'espèces différentes de Tillandsia, il y en a forcément des dizaines qui ont des exigences écologiques proches des conditions à l'intérieur de vos terrariums, qu'ils soient humides, sombres, lumineux ou secs.
  3. Parmi les différentes espèces de Tillandsia possibles pour vos terrariums, il y en a de toutes les formes (bulbeuses, droites, rosettes, souples, rigides, grosses ou très petites feuilles…) et de toutes les tailles (de quelques centimètres à plus d'un mètre…) et donc plus ou moins fragiles.
  4. Rien de plus simple que de sortir vos Tillandsia du terrarium (puisqu'elles sont simplement accrochées) pour nettoyer. Pas de problème de terre qui se renverse ou autre.
  5. Les Tillandsia ont un métabolisme CAM. Loin de moi l'idée de vous faire un cours de biochimie, retenez simplement que contrairement aux "plantes de chez nous", les plantes CAM absorbent le CO2 la nuit.
  6. En ce qui concerne les problèmes sanitaires liés à la terre, je pense que vous avez compris…il n'y en a pas besoin ! Et pour preuve, le terrarium présenté ci-dessus ne contient pas de terre et pourtant des dizaines de plantes y vivent.
 
          En plus de cela, les amateurs de Dendrobates (ces petites grenouilles toxiques aimant vivre au coeur des rosettes de certaines Broméliacées) trouveront aussi leur compte chez les Tillandsia. En effet certaines espèces possèdent des rosettes étanches (suivre ce lien pour la classification des Tillandsia) contenant un peu d'eau et pouvant donc certainement abriter ces animaux (par exemple T. dyeriana, T. leiboldiana, T. secunda, T. hamaleana, T. flabellata…). Tout ça pour dire que si vous élevez des animaux en terrarium ou paludarium et que vous êtes séduits par l'aspect esthétique de mes réalisations, les deux ne sont pas incompatibles loin de là… à méditer lors de la réalisation de votre structure…
 

          Voilà pour ce petit tour d'horizon d'une partie de mes collections, en espérant que cela vous plaira. Si vous avez des remarques ou des questions n'hésitez pas à me contacter ou à laisser un commentaire. A bientôt :)

 

Retour à l'accueil

© 2010-2017 Julien Vigo - toutes reproductions interdites - tous drois réservés. Détenteur de copyright inscrit sous le numéro 00048528. Tropi'qualité ® est une marque déposée auprès de l'INPI.

Blog propulsé par Wordpress. Thème inspiré de 85ideas. Compteur de visiteur par WassUp.

Plan du site                                                                                                                                                                        Mentions légales