Catégorie : Phalaenopsis


Phalaenopsis violacea var. malaya (cliquez pour agrandir)

Voir article complet »

Aujourd'hui :

 

         Ce qui devait arriver arriva… Voici mon cher petit rejet en fleur, et vu qu'il n'a pas trop grandi au niveau foliaire (mais énormément au niveau racinaire), sa première fleur est plus grande que lui ! 

 

Floraison rejet Phalaenopsis lobbii (cliquez pour agrandir)

 

Article de février 2013 :

 

         Le petit rejet s'est bien développé (flèche rouge) et a produit de nombreuses racines et quelques feuilles. En tout cas il se porte bien et j'espère pouvoir vous présenter bientôt sa toute première floraison :

 

Rejets Phalaenopsis lobbii (cliquez pour agrandir)

 

Article d'août 2011 :

 

        En arrosant mes orchidées ce matin, quelle ne fut pas ma surprise d'apercevoir sur mon Phalaenopsis lobbii un rejet… Un peu particulier. Vous vous rappelez peut-être, dans un article datant du mois de mars, je vous avez présenté la floraison de mon Phalaenopsis lobbii en vous précisant que, chose très inhabituelle pour un Phalaenopsis, la hampe était apparue en plein milieu des feuilles, privant la plante de son unique axe de croissance (voici l'article). Je m'attendais donc à voir apparaître, tôt ou tard, un ou des rejets. La surprise est que ce rejet est minuscule et qu'il s'est développé sur un morceau de racine décroché de la plante mère ! Je me retrouve donc avec un tout petit rejet (3 ou 4 mm !), entre 2 racines de quelques centimètres, mais surtout déjà séparé (sevré) de la plante mère. Je ne saurai jamais si le rejet est apparu après la chute du petit morceau de racine ou l'inverse. Voici la photo :

 

 

        En attendant, je l'ai replacé dans le système racinaire de la plante mère et je vais surveiller … Je ne savais pas que cette espèce pouvait produire des rejets et les faire se décrocher, est-ce un moyen de multiplication végétative propre à cette espèce ? Est-ce quelque chose de normal pour cette espèce ou bien suis-je en présence d'une plante un peu spéciale (déjà le coup de la hampe qui était apparue en plein milieu des feuilles m'avait surpris) ? Pour l'instant je n'ai pas trouvé d'infos pertinentes aussi si vous en avez, merci de partager 😉

 

         Si vous voulez consulter la fiche botanique de cette espèce, c'est ici. A bientôt pour d'autres nouvelles du petit 😉

 

Retour à l'accueil

          Je vous avais déjà parlé des hybrides en détail sur cette page (que je vous conseille vivement de lire si ce n'est déjà fait). Je vous avais aussi précisé que la manipulation n'était pas si difficile que cela et que même des insectes hybridaient parfois les plantes sans le savoir. Voici donc un petit article 'pas à pas' pour vous montrer comment faire votre propre hybride.

Voir article complet »

         Ce weekend sont annoncées des températures négatives la nuit, avec en plus un temps humide (on a même eu droit à un peu de neige cet après midi). Du coup pas d'hésitation, on rentre tout le monde (ou presque) ! Après plusieurs heures pendant lesquelles j'avais l'impression de jouer à un puzzle géant, en 3D et avec plus de 150 pièces, j'ai enfin réussi à tout faire tenir sur le cadre (mes terrariums étant pleins eux aussi…).

         Contrairement à l'année dernière, j'ai dû vraiment optimiser un maximum l'espace, en fonction de la lumière disponible et des exigences écologiques de chaque espèce (surtout au niveau de la lumière et, dans une moindre mesure, de l'hygrométrie). En effet l'hiver dernier j'avais un peu moins de plantes et surtout elles étaient plus petites… Ça grandit vite quand même ces petites bêtes, notamment mes T. duratii et T. usneoides qui commencent à devenir vraiment envahissants, pour mon plus grand plaisir je dois bien l'avouer 🙂 . Voilà à quoi ressemble mon cadre géant une fois toutes les plantes installées :

 

 

N'oubliez pas de rentrer les vôtres 😉 . A bientôt !

PS : Si vous êtes intéressés par une structure en bambou similaire à celle que j'ai utilisé pour mon cadre, contactez-moi.

 

Retour à l'accueil

          Après une floraison de plus de 8 mois, un de mes Phalaenopsis hybride m'avait produit deux keikis qui m'ont servi à la réalisation de cet article sur le développement racinaire des keikis. Ils ressemblaient alors à cela :

 

 

         Afin de pouvoir augmenter l'efficacité de la méthode présentée dans l'article en question, j'avais ôté les bourgeons floraux des 2 keikis (flèches blanches ci-dessus). Aujourd'hui, un de ces deux keikis me fait quand même une fleur ! Spectacle assez original de ce petit rejet avec seulement 3 feuilles, une minuscule racine et une fleur presque aussi grosse que lui. On distingue sur la photo ci-dessous l'autre keiki (en haut) sur lequel j'ai pratiqué la technique permettant de favoriser l'apparition des racines : 

 

 

 

 

         Quant à l'autre keiki, ce n'est pas une fleur qu'il émet, mais une hampe ! Décidemment, ces 2 petits n'ont pas fini de me surprendre :

 

 

         Je vous donnerai bien entendu des nouvelles des 2 petits et surtout de l'évolution de la hampe. Quand je pense qu'en plus, le pied mère se porte à merveille, il ne manquerait plus que lui aussi me fasse une hampe ! En tout cas, je suis bien content d'avoir cet hybride qui ne cesse de me ravir.

 

         Si vous voulez en savoir plus sur les keikis, consultez cette page (pour les généralités), cet article (pour apprendre à les séparer) ou cet article (pour les aider à produire des racines).

 

Bonne culture 🙂

 

Retour à l'accueil

© 2010-2021 Julien Vigo - toutes reproductions interdites - tous drois réservés. Détenteur de copyright inscrit sous le numéro 00048528. Tropi'qualité ® est une marque déposée auprès de l'INPI.

Blog propulsé par Wordpress. Thème inspiré de 85ideas. Compteur de visiteur par WassUp.

Plan du site                                                                                                                                                                        Mentions légales